Journal de bord: Jour 10 – Le marathon

Journée 10 – Le marathon

 

C’est l’étape la plus importante du Trophy, le marathon. On doit rejoindre Marrakech par la route et le désert sur 2 jours. Notre convoi se met alors en route. Sur le chemin on passe par la route de Rissani, le spectacle est grandiose.

Les pistes commencent et mettent à mal nos 4L, du sable, des cailloux, elles ne sont pas épargnées. À chaque instant on entend frotter, claquer, taper, la peur s’installe. C’est encore pire que les boucles précédentes. Les bacs à sable sont longs et avec des côtes, nos embrayages chauffent tout autant que nos moteurs. Pour ménager nos montures nous faisons plusieurs arrêts pour les laisser refroidir et en profiter pour inspecter les châssis.

Sur le chemin, on se rend compte que la 4L de Timon et Pumba a un problème de refroidissement et d’électricité. De l’air s’infiltre dans le circuit de refroidissement et l’alternateur lui est en train de rendre l’âme.

Sur la route les ardéchois s’enlisent dans un bac à sable et mettent beaucoup de temps à en sortir car ils aident un autre équipage à en sortir aussi. Plus loin, sur la route on attend la 4etrelles qui a perdu sa plaque de protection de réservoir. Elle a tapé, s’est déformée et s’est arrachée. On décide alors de rouler plus doucement pour la préserver.

Nous empruntons ensuite des chemins caillouteux et pentus qui accentuent le problème de refroidissement de la 4L de Timon et Pumba. Ça nous oblige à nous arrêter pour changer le bouchon du radiateur et du vase d’expansion. On purge également le système de refroidissement plusieurs fois car à chaque fois le bouchon de purge nous échappe des mains. L’opération pour aller le chercher est très compliquée car nous n’avons pas d’accès. Étant donnée qu’elle nous prend beaucoup de temps, on propose au reste du convoi de continuer sans nous pour le moment.

Une fois de nouveau sur la route, nous devons de nouveau nous arrêter car la 4L de Timon et Pumba a crevé à l’avant et à l’arrière à cause des gros cailloux (les jantes se sont pliées). De plus, sur la route leur coffre s’est en parti vidé sur la route. Heureusement un équipage belge a ramassé les outils ce qui nous permet de changer les roues.

Malheureusement il est déjà tard et la nuit tombe. Nous n’avons pas rattrapé le reste du convoi ce qui nous oblige à bivouaquer en plein milieu du désert sans le reste du convoi. On en profite alors pour changer l’alternateur de la 4L de Timon et Pumba et de redresser une fixation de barre de torsion. La nuit sera courte et demain la route longue, nous allons donc nous coucher tôt pour profiter à fond de demain, la dernière journée de piste.

Leave a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *